Francis LAURENT (1925 - 2012)

Francis Laurent est né en 1925 à Lyon. Après avoir étudié aux Beaux Arts de Lyon, il s’est affirmé en France, puis en Suisse où il est décédé en 2012. Il se définit comme un peintre sculpteur, car une part importante de son œuvre concerne des sculptures, mais aussi des boîtes (oeufnis), des objets en porcelaine, et des tapisseries, nées de la rencontre fructueuse avec Alain Dupuis, créateur de « mises en laine ».

« Quand je peins, je compose de la musique » nous dit Francis Laurent. « Au départ, je ne sais pas où je vais. Puis, comme les notes, les couleurs s’organisent en une mélodie ».

 

« L’impression première est celle d’un déluge de couleurs. La matière est généreuse, les coloris francs : des jaunes et des bleus en gamme majeure, des rouges et des noirs pour le mineur. Avec des marques de craie brochant sur l’ensemble, des tracés libres comme un vol d’insecte.

Deuxième impression : c’est le métier. Sous l’apparente désinvolture, on remarque combien cela est construit. Combien les taches empâtées, les sillons, les signes, ont une nécessité. Expression abstraite, mais parlante, comme si les mots d’une histoire prenaient chair et matière. Telle peinture monte comme un chant, tel tableau exprime des craquements et des tensions, telle image plus rarement évoque la sérénité, dans le tranquille rapport de formes polies.

 

                                         

Car c’est une peinture qui est à cent lieues de l’esthétisme. Francis Laurent ne cherche pas à faire plaisir, à flatter l’œil. Sur la toile, les couleurs sont en état de combat. Elles claquent comme un coup de fouet ou s’érigent en arc-en-ciel. »                                                                                                                                                                                                                   Le regard somptueux (extraits) P.G.

 

« Dans un premier temps, il n’y a rien à quoi se raccrocher. Puis, à force de regarder, on voit […] On saisit l’aboutissement, la simplification du geste jusqu’au trait, à la trace qui fait le tableau. »« Sa maîtrise est particulièrement visible en comparant petits et grands formats : même énergie, même concentration. Les compositions se tiennent parfaitement, la recherche coloriste aboutit sur quelques centimètres carrés. »« Suivre la subtilité des passages, les traces du pinceau, les tensions de couleurs. C’est la leçon de l’abstraction ».                                                                                                                                                                          Abstraction maîtrisée (extraits) J.S.